Archives par mot-clé : Montalcino

Les paysages de la Toscane (Italie)

Les paysages viticoles de la Toscane sont de toute beauté. Qu’est-ce qui contribue à donner cette impression ? Sans doute plusieurs éléments qui s’interpénètrent les uns aux autres. Tout d’abord les collines, qui confèrent aux paysages une certaine douceur. Elles ne sont jamais bien imposantes, et donnent une impression de grande diversité. À chaque détour, un nouveau paysage s’offre au regard. Et le soir par exemple, le soleil déclinant sculpte tout un jeu de lumières et d’ombres sur les reliefs.

Ce serait aussi le souffle de l’histoire. Le paysage pensé par les agronomes latins et réinventé à la Renaissance transparaît à travers le vignoble : un paysage extrêmement construit, un véritable jardin, un décor arboré.
L’histoire s’impose aussi à travers les gros bourgs qui dominent les campagnes : leurs origines médiévales leur donnent soit des allures particulières, on pense à San Gimignano, soit des positions de perchement sur les coteaux. Elles ont perduré avec le temps.


San Gimignano

Montepulciano, Montalcino (voir la photo ci-dessous), ou beaucoup d’autres villages moins célèbres, comme Panzano in Chianti, surplombent la campagne environnante. Et notamment tout un ensemble d’anciennes fermes, celles des mezzadri, les métayers. Issues d’un système révolu de métayage, elles forment un habitat dispersé dans la campagne toscane qui participe de la diversité paysagère. Elles sont souvent aujourd’hui le siège d’exploitations viticoles (quand elles n’ont pas été transformées en auberge, en restaurant, ou en résidence secondaire… la pression touristique est forte).

Habitat dispersé lié à un ancien système de métayage.

Dernière touche donnée à ces paysages, qui les rend bien différents d’une bonne partie des grands vignobles, la permanence de la polyculture. On y trouve encore des arbres fruitiers, notamment des oliviers bien sûr, mais aussi d’autres cultures agricoles, champs de céréales ou prés. C’est devenu rare dans bon nombre de vignobles renommés, tant la spécialisation agricole a pu supprimer toute autre culture. Et puis forcément, la Toscane ne serait pas ce qu’elle est sans les cyprès. Ils contribuent à apporter une ultime apparence de complexité dans les paysages (rappelons que leur introduction est relativement récente, alors même que dans notre imaginaire, ils sont inséparables de la Méditerranée occidentale).

Montalcino, un village perché.

Tous ces éléments contribuent à former dans notre esprit l’image d’une région agréable à vivre, un jardin de cocagne qu’ont pu célébrer de nombreux auteurs. Les caractéristiques que l’on donne aux vins du Chianti sont à l’avenant ; des vins aux caractères chaleureux, enjoués.