Archives par mot-clé : Métropole

Le vignoble autrichien : les forces métropolitaines

Véritable antienne des géographes, les vignobles sont à comprendre dans leurs interrelations avec les villes.

Le Palais de Schönbrunn, vu depuis les vignes plantées dans l’Orangerie (Vienne).

Profitant d’un voyage en Autriche à l’invitation de l’Österreich Wine Marketing, j’ai eu la chance de participer à la nouvelle formule lancée par Vinexpo, Vinexpo Explorer (11-12 sept. 2017). L’occasion pour moi de revenir sur le rôle des villes dans l’affirmation des vignobles dans une ère mondialisée.

Certes, le lien ville-vignoble est ancien et complexe, et surtout essentiel : pour comprendre la genèse d’un vignoble, comme pour analyser les réseaux que celui-ci peut tisser dans le monde. Bordeaux, Reims ou Cognac sont des cas d’école bien connus. Le géographe Roger Dion l’avait magistralement démontré dans son Histoire de la Vigne et du Vin (1959).

Origine des personnes participant à Vinexpo Explorer en Autriche

[Cliquez pour agrandir la carte]

Vienne et Vinexpo Explorer en offrent un autre exemple. Cela se traduit tout d’abord par l’animation de réseaux entre des producteurs autrichiens d’une part, et des professionnels du vin d’autre part, importateurs pour la plupart d’entre eux. 90 personnes, de 31 nationalités, rencontrent 85 producteurs autrichiens, avec une volonté très nette de pénétrer les nouveaux marchés asiatiques et russe.

Vendant leurs vins presque exclusivement en Allemagne, les Autrichiens souhaitent pénétrer les marchés asiatiques.

La ville facilite bien sûr l’animation d’un tel évènement. Elle permet le recours à un aéroport international, à des professionnels de l’hôtellerie et de la restauration, et plus symboliquement à un lieu marquant, une synecdoque géographique de la ville de Vienne. L’essentiel des échanges entre les producteurs et les personnalités extérieures se passe en effet dans l’orangerie du château de Schönbrunn. Un cadre magique, qui contribue à parfaire l’image de qualité et d’inscription dans une longue histoire des vins autrichiens.

L’orangerie de Schönbrunn, dans laquelle se tient Vinexpo Explorer.

On le voit, aussi bien les équipements que les symboles forts de l’histoire autrichienne ou viennoise sont mis à profit.

À ce propos, Vienne jouit d’une particularité plutôt unique : la très forte proximité d’une partie des vignobles du pays. Cette métropole européenne doit être l’une des rares capitales – sinon l’unique capitale ? – qui noue les relations aussi intimes avec un vignoble. Le vignoble de Setúbal (Lisbonne) n’est plus que l’ombre de lui-même, Madrid n’est pas directement associée à un vignoble particulier. C’est tout l’inverse ici. L’un des dîners se tient par exemple dans une des institutions viennoises que sont les Heuriger ; c’est-à-dire des tavernes tenues par des producteurs qui ont le droit de vendre leur vin dans un tel cadre. Avec tout le folklore autrichien qui peut y être associé, aussi bien en termes de gastronomie que de musique ou de costume traditionnel… La plupart des Heuriger se situe aux portes de la ville, sur sa marge septentrionale, où se situent encore des vignes.

La cour intérieure d’un Heuriger… encore calme.

Et d’ailleurs, les vignobles les plus importants sont peu éloignés de Vienne, à l’exception de la Styrie. La Wachau ou le Burgenland sont à peine situés à une heure de voiture de la capitale. C’est un avantage considérable que de pouvoir présenter ses vins ou les paysages viticoles qui leurs sont associés aussi près des autres infrastructures évoquées. Et quels paysages ! Comment ne pas être conquis ?

Dürnstein (vignoble de la Wachau) sur les bords du Danube.

Des maisons colorées, des cigognes sur les toits, un paysage typique de l’Europe centrale. Le village de Rust sur les bords du Lac de Neusiedl, connu pour ses exceptionnels vins liquoreux.

La qualité perçue d’un vin ne dépend donc pas d’uniques aspects organoleptiques au sens strict, mais tient aussi de la construction de sa renommée. Celle-ci passe par l’élaboration de réseaux locaux ou mondiaux, ce que le Bordelais ou la Champagne ont particulièrement bien réussi dans la longue durée. C’est aussi le cas d’autres vignobles, en relation avec des villes dynamiques qui permettent de jouir d’éléments ou de facteurs propices à l’émergence de vignobles de qualité. Les vignoble de Pénèdes ou de Montsant avec Barcelone, les vallées de la Napa ou de Sonoma avec San Francisco, la vallée de la Hunter avec Sydney… A l’inverse, certains vignobles pâtissent d’une relation détériorée ou de l’absence d’une ville dynamique et puissante. Dans le premier cas, comment ne pas songer aux liens ambigus entre le Beaujolais et Lyon ? Dans le second, on pourrait sans doute citer nombre d’îles, qu’il s’agisse de la Corse ou de la Sardaigne, de certaines îles grecques ou espagnoles, comme les Canaries.

Et finalement, la géographie mondiale des vignobles de qualité ne serait-elle pas, à cette échelle au moins, le reflet de la géographie des villes ou métropoles les plus insérées dans la mondialisation ?