Paysages de la vallée de la Moselle (Allemagne) : des paysages menacés

Un projet de pont sur la Moselle défraie la chronique depuis quelques temps. On perçoit toute la pression qui pèse sur un vignoble situé au cœur de la mégalopole européenne, dans un monde fortement urbanisé, nécessitant des échanges rapides, avec des flux de personnes et de marchandises considérables.
Et pourtant : le vignoble mosellan propose de vivre à un autre rythme. Tout d’abord parce qu’il s’inscrit dans la très longue durée, celui de la romanisation (il est inclus dans le limes romain) et de la christianisation (avec toujours certains secteurs profondément marqués par le catholicisme). Ensuite parce que les paysages présentent un équilibre fragile, patiemment constitué, entre les activités humaines et des pentes très prononcées, voire même vertigineuses. Très prononcées, comme dans le secteur de Piesport ; les vignes s’alignent alors les unes à la suite des autres dans le sens de la pente, sans rupture paysagère.

Vertigineuses, comme dans le secteur de Bremm ; les vignes y sont séparées par un système de terrasses.

Schotter : pierraille
Kies : gravier
Keilstein : calle
Binderstein : liant
Trockenmauer : mur à sec

Dans tous les cas, les sols sont très peu profonds, parfois inexistants. La roche mère, faite de schistes (la Moselle traverse le Massif schisteux rhénan avant de rejoindre le Rhin), affleure de temps à autre. Des conditions qui donnent au vignoble un caractère austère, renforcé par la teinte grise de la pierre.

Et pourtant, la longue succession de villages sur une centaine de kilomètres confère au vignoble un air vivant. Villages fleuris, maisons à colombage, décorations diverses (du cadran solaire à la scène de vie) contribuent à forger une ambiance plutôt gaie.


(détail d’une façade d’une maison de 1902).

Tout comme les discontinuités du fleuve, avec notamment de splendides méandres, qui rompent la monotonie de certains coteaux plus rectilignes, mais toujours majestueux.

Le tourisme ne s’y trompe pas.

Cet équilibre franchit les siècles, avec certains clos (« lagen« ) attestés depuis le Moyen Age. Le renommée des Piesporter Goldtröpfchen et autres Bernkasteler Doctor prend désormais une ampleur internationale avec des rieslings très fins.

Voir une cartographie des « lagen » ici.