Fin de vendanges dans le Sauternes (Aquitaine)

Arrivée des raisins au château de Rieussec.

Le Sauternais fait partie de ces rares régions viticoles (avec le Tokaj en Hongrie, la vallée du Rhin en Allemagne et l’Alsace pour certains vins, etc) où l’on recherche l’humidité ! Elle facilite le développement de la « pourriture noble », le champignon Botrytis cinerea, qui absorbe l’eau des raisins et les rend donc beaucoup plus concentrés en matières.
Le développement de brumes matinales, liées à la proximité de la Garonne et de son petit affluent le Ciron, offre des conditions optimales pour produire des raisins botrytisés.


Le château de Malle (XVIIe siècle) encore dans les brumes.

Plus en hauteur, on peut voir les brumes se retirer (à gauche de la photo) à mesure que le soleil perce. Des vendangeurs dans les vignes.

Le savoir-faire humain permet de faire de ce handicap naturel que sont les brumes un atout pour la production de vins d’excellence : des tries sélectives sont opérées lors des vendanges des grands domaines (c’est-à-dire que les vendangeurs repasseront plusieurs fois dans les parcelles pour ne cueillir que les raisins qui présentent les conditions de pourriture optimales), et en amont, des systèmes de drainage sont enfouis dans le sol pour faciliter l’évacuation du trop plein d’eau.


Château Yquem, le domaine surplombe la vallée.

Le château Yquem possède par exemple une centaine de kilomètres de drains en terre cuite enfouis dans le sol depuis le XIXe siècle. D’ailleurs, lorsque les années ne sont pas suffisamment bonnes pour produire des vins liquoreux de très grande qualité, le château ne commercialise pas sous son nom, comme ce fut le cas en 1992 ou 2012.

Le terroir est bien une construction historique et sociale (voir ici une explication avec un diaporama de l’INAO : Definition_terroir_INAO).

Photos prises le 31 octobre 2013.

Laisser un commentaire