Chine : du « cabernet d’Est » au vin de glace

Le fameux caviste londonien Berry Bros & Rudd (BBR) vient d’annoncer la vente prochaine de vin de glace produit en Chine. Un vin dont on ne pourra douter de la qualité, noté 16 / 20 par Jancis Robinson. Un vin dont le haut de gamme sera vendu à près de 60 euros la bouteille de 37,5 ml… Un vin produit avec les conseils de spécialistes canadiens, utilisant un cépage hybride présent sur le continent nord-américain (le vidal), planté dans la région du Liaoning, à proximité du lac Huanlong, aux confins des frontières coréenne et russe. Difficile de trouver les vignes

La Chine serait désormais le 5e producteur mondial de vin, si l’on croit les statistiques de l’OIV. Des statistiques à manier avec prudence : la définition du vin n’est pas très stricte en Chine (d’autres alcools peuvent être englobés dans cette grande catégorie) et il s’agit d’une estimation. Mais tout de même : alors que les premières vignes destinées à une commercialisation seraient plantées à la fin du XIXe siècle, la Chine produirait déjà l’équivalent du quart de celle de la France. En volume certes, et non en valeur. Mais la qualité des vins ne cesse de s’accroître. Plusieurs compagnies européennes investissent le pays : Moët Hennessy a par exemple conclu un accord avec le chinois VATS Group pour produire des vins rouges dans la province du Yunnan, aux pieds de l’Himalaya, et des vins de méthode champenoise dans la région autonome du Ningxia. Le désormais cinquième producteur mondial – devant le Royaume-Uni, tout un symbole – attire les convoitises.

On trouve donc des vignobles qui évoluent à plusieurs vitesses. Ici, dans une vallée au Sud de la ville de Taiyuan des vignes détenues par de petits viticulteurs qui vendent des raisins sur la route ou à des entreprises qui les vinifient.

On remarquera le système de culture en pergola, avec des ceps enterrés l’hiver pour les protéger du froid (fréquemment -10° c), et des cultures intercalaires (tomates ou haricots).

Une production traditionnelle, sans doute liée à la christianisation d’une partie de la population. Là, à proximité de Pékin, des investissements imposants, mélangeant tourisme et production de vin. Le château, hybride de château de la Loire et de château bordelais, appartient à la compagnie Changyu (alliée au groupe bordelais Castel), dont les vins de glace sont proposés par BBR.

Plus loin la grande région viticole de Chine, la péninsule du Shandong, autour de la ville de Yantai, avec probablement des vignobles ici.


La Chine est passée en peu de temps d’une production copiant les vins occidentaux du siècle dernier, pour son marché intérieur, à des vins de la globalisation.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire