Révolution : une appellation pour un cépage. Le pinot gris de Vénétie


Une grappe de pinot gris. Source : Wikipedia.

 

Imagineriez-vous une Appellation d’Origine Contrôlée Syrah du Rhône ? Chardonnay de Champagne ? Ou encore Chenin de la Loire ? Cela vous paraît aller à l’encontre de la tradition du monde du vin, qui met à l’honneur un territoire et non un cépage ? Et bien les Italiens l’ont fait. Une appellation Pinot grigio (pinot gris) vient de naître. Que l’on soit pour ou contre, séduit ou choqué, c’est un changement sans précédent qui apparaît là.

Certes, il existe de nombreuses appellations qui reposent sur un cépage : la Bourgogne et ses vins rouges (pinot noir) ou blancs (chardonnay), le Muscadet (melon de Bourgogne), voire même les vins d’Alsace (avec une mention de cépage, qui peut être du riesling, du gewurztraminer, ou encore justement du pinot gris). D’autres régions viticoles s’identifient pleinement à un cépage dominant dans un bouquet de cépages différents : la Rioja et le tempranillo, le Chianti et le sangiovese, le Tokaj et le furmint. Mais personne n’avait osé, pu ou voulu franchir le pas. C’est chose faite. Le territoire, signe majeur d’identification et de revendication, passe au second plan face au cépage.

Nous sommes entrés dans l’ère des vins globalisés. Ce n’est pas nouveau me direz-vous. Pour la première fois tout de même, une appellation prend une désignation qui est celle utilisée de manière privilégiée dans le pays de consommation et non dans celui de la production. L’entrée par cépage est bien sûr une manière de coller aux attentes du consommateur américain. Il n’est pas fortuit que cela commence par l’Italie.

Une bouteille de Chianti dans le Parrain 2 (1974) de Francis Ford Coppola.

Il n’est que de songer aux intimes relations qui existent entre ces deux pays pour s’en convaincre. La présence d’une communauté italo-américaine aux États-Unis facilite bien sûr les interactions entre le marché de consommation et le lieu de production. Les Italiens sont aujourd’hui le premier pays exportateur de vins dans ce pays. Devant la France. À ce propos, souvenons-nous que les premiers vins de qualité produits à base d’un cépage allochtone l’ont été en Toscane. Les “super toscans” élaborés sur la côte de Bolgheri portent déjà une indication de cépage, le cabernet-sauvignon bordelais. Les Sassicaia et autres Ornellaia furent de véritables missiles envoyés sur le continent américain. L’appellation, créée a posteriori, ne mentionnait cependant pas le nom de cépage.


Une bouteille devenue mythique, mentionnant le cépage sans doute pour l’une des toutes premières fois en Europe.

 

 

Tout change à présent. Quelle serait la raison majeure invoquée par les thuriféraires d’un tel système ? La traçabilité. Ce qui prête à sourire. Une appellation normale ne serait-elle pas en mesure de garantir l’origine des raisins ? On doute du contraire. Et si fraude il y a, et l’Italie a malheureusement été frappée de plein fouet par des scandales (notamment en ce qui concerne la composition des vins de Montalcino ?), ce n’est pas cette unique mention de cépage qui protègera le consommateur.

Une géographie mondialisée, le pinot gris
carte_pinot_grigio
(cliquer pour agrandir)

Une raison plus probante ? La forte concurrence qui pèse désormais sur le pinot grigio du fait de sa propagation dans le monde entier. L’engouement qu’il y a pour ce cépage sur le marché américain occasionne des plantations dans le monde entier, et surtout dans les pays du Nouveau Monde. Et comment différencier un pinot grigio italien d’un pinot grigio australien ou encore argentin ? Qui plus est quand des entreprises qui appartiennent à d’anciens immigrés d’origine italienne en produisent ; les noms ont alors la même consonance, que l’on soit dans la King Valley ou à Mendoza.


Une bouteille australienne de pinot gris, un producteur d’origine italienne.

 

 

 

 

 

 

L’influence de la vision américaine du monde du vin est chaque jour plus présente. Nous assistons à une véritable révolution en ce qui concerne cette boisson, tant dans les manières de la nommer que dans celles de la consommer.

Beaujolais : des paysages méconnus

Une équipe de vendangeurs du Château du Moulin-à-Vent – le 23 septembre 2016.

Le Beaujolais fait partie des vignobles qui ont le plus changé ces dernières années. Les dégustations menées par Jacques Dupont et Olivier Bompas permettent de s’en convaincre (ici, ici, et ). Aussi, petit à petit, l’image de vins faciles à boire et sans grande complexité tend-elle à laisser place à celle de vins de terroir.

Une cartographie de la géologie du Beaujolais. Source : Chambre d’Agriculture Rhône-Alpes.

 

 

 

 

 

 

 

Et c’est peut-être là que le bât blesse. Un vin de terroir ne prend toute son ampleur dans l’imaginaire des consommateurs qu’à la condition qu’il soit associé à une identité forte. Celle-ci repose tout d’abord sur des associations mets-vins, plus complexes à mesure que le vin prend de l’âge. Nul doute à cela, les producteurs ont mené un gros travail de compréhension de leur substratum afin d’affiner les qualités organoleptiques de leurs crus. Une fine cartographie des terroirs – au sens restrictif du terme, c’est-à-dire axée uniquement sur les aspects physiques – a été menée. Et de nombreux viticulteurs de talents proposent à présent des cuvées parcellaires bien identifiées.

Mais peut-être manque-t-il une réflexion sur les paysages. Je ne suis pas persuadé – mais je ne demande qu’à me tromper – que beaucoup de gens associent le Beaujolais avec des paysages particuliers. Contrairement sans doute à la Toscane, au Val de Loire ou encore à Saint-Émilion… pour éviter de prendre des exemples parmi les vignobles situés un peu plus au Nord.

Le mont Brouilly et le hameau de Saint-Joseph (Villié-Morgon) dans la brume matinale.

Et pourtant, la douceur des collines granitiques répond à merveille à celle du gamay.

Le moulin à vent de… Moulin-à-Vent, un symbole fort d’une France viticole encore rurale.

Et pourtant, qui mieux que les petits villages de l’appellation, et notamment les dix villages élevés au rang de crus, peut dire le caractère paysan et artisanal des vins ? De quoi définitivement éloigner une image plus négative et industrielle du Beaujolais.

Un élément du petit patrimoine rural, souvent trop peu considéré.

Et pourtant encore, tout un petit patrimoine rural, constitué de clos, de petites bâtisses pour l’outillage des viticulteurs, voire même d’une forte présence de la taille en gobelet, serait à exploiter pour rendre ce vignoble unique dans l’imaginaire des consommateurs.

Granite, grès et silex. Un résumé du substratum sous les yeux du consommateur.

Ce serait encore des particularités liées à l’habitat rural traditionnel, comme ces anciens murs associant le granite et le grès ; ils témoignent du substratum avec une évidence facile à exploiter. Ils renvoient aux interactions qu’une société tisse avec son milieu « naturel ».

Étiquette de bouteille de gamay de la région de la Willamette Valley (Oregon).

C’est sans doute à ce prix que le beaujolais restera unique au monde. Si le gamay devient bien le nouveau cépage à la mode, comme le suggèrent déjà certains, d’autres régions dans le monde ne tarderont pas à faire d’excellents vins.

__________________________________________

Je remercie vivement le Château du Moulin-à-Vent et toute son équipe pour leur fantastique accueil.