Chapeau Melon et Bottes de Cuir, et le vin


L’acteur Patrick Macnee (6 février 1922 – 25 juin 2015) vient de succomber. Son personnage de John Steed incarnait à merveille l’idée que l’on peut se faire d’un amateur de vin anglais.

En particulier par sa fine connaissance des plus grands vins.

La séquence de duel avec du vin est un monument du genre : [voir à partir de 28 mn 20 s.]


The.Avengers.1965.S04E10.Dial.a.Deadly.Number. par superannuatedlps

[Les dialogues en Français sont ici]

Cette séquence montre combien les connaissances en vin font parties du bagage culturel de tout Anglais de la haute société. Être capable de reconnaître un grand cru classé à la vue et au nez ou trouver l’année de production forment une véritable prouesse. Non sans une pointe d’humour so british d’ailleurs, en décrivant le vin comme étant issus de raisins « de la partie Nord du vignoble »… Une prouesse qui en dit long, tant sur le haut degré de complicité qui existe entre Londres et le vignoble bordelais, que sur ce que le vin dit de la position sociale d’une personne. Le vin est un signe de reconnaissance sociale qui permet d’être accepté par l’élite ; toute personne évoluant dans ce milieu doit maîtriser le vocabulaire adéquat et être capable de parler du vin.

Un pigeonnier devenu célèbre à la place d’une tour disparue, Château Latour (Pauillac). Un archétype des vins bus par l’élite anglaise à partir du XVIIIe siècle.

Deux étudiantes de l’Université Paris 4 Sorbonne avaient réalisé un dossier sous ma direction il y a quelques années, Alexandra D. et Géraldine C. Je reprends certains éléments qu’elles avaient dégagés de l’analyse de la série.

On trouve un nombre assez impressionnant d’alcools dans la série, depuis la vodka (symbole fort de la période de Guerre froide dans laquelle s’inscrit la série) jusqu’au cognac dont semble raffoler John Steed. L’épisode Méfiez-vous des morts (1977) présente une bouteille qu’il aurait en permanence chez lui. À l’évidence, les bordeaux sont en bonne place, même si les étiquettes sont très fréquemment dissimulées (soit dit en passant, cela a bien changé aujourd’hui puisque les entreprises peuvent payer pour être vues à l’écran, confère les derniers James Bond) ; on reconnaît la forme des bouteilles. Dans l’épisode évoqué ci-dessus apparaissent un château Latour et un château Lafite. D’autres régions sont mentionnées : la Bourgogne (Chablis), la Loire (Pouilly Fumé), et à l’étranger bien sûr, avec Porto ou Jerez (le sherry cher aux Britanniques).

Emma Peel, John Steed et le champagne, un incontournable de la série.

Le champagne tient une place particulière à double titre. Tout d’abord parce qu’il devient un élément incontournable de la fin de chaque épisode. John Steed et Emma Peel célèbrent systématiquement la fin d’une enquête en buvant une coupe de champagne à partir de 1967. Ensuite parce que cette boisson est davantage associée aux personnages féminins, à commencer par Emma Peel.

Au total, une consommation classique, centrée sur l’Europe et plus spécialement sur la France. Elle porte au firmament de « grands » vins, notamment ceux incarnés par le classement bordelais de 1855.